une chouette rencontre amoureuse

Avoir confiance en soi

Lorsqu’un homme ou une femme ne se sent pas « capable », il est courant qu’il ou elle s’imagine que son partenaire pourra lui fournir une partie de la solution. Tous sont conditionnés culturellement à croire qu’un compagnon ou une compagne peut rehausser l’image qu’ils ont d’eux-mêmes. Bien entendu, cela n’est jamais vrai à long terme, bien qu’un homme qui tient dans ses bras une femme merveilleuse puisse en éprouver une fierté fugitive, tout comme une femme qui vit avec un homme très puissant ou très riche. Nous nous inquiétons tous, à un moment ou à un autre, de savoir si, oui ou non, nous sommes « à la hauteur ». Traditionnellement, la seule voie d’accès, pour une femme, à la puissance et à la renommée était le mariage avec un homme. Ce qu’impliquait la culture, c’était que, sans un homme, elle n’était rien. Malheureusement, les vieux conditionnements, même s’ils ne se justifient plus ou sont anachroniques, ont du mal à mourir. Et pour beaucoup de femmes, ces vieilles images peuvent encore exercer une influence profonde sur leur estime de soi. Nous sommes beaucoup plus satisfaits quand nous pouvons nous charger de notre propre sécurisation plutôt que d’essayer de l’acquérir grâce à l’autre. Le plus souvent, notre tâche consiste à être « à la hauteur » en étant ce que nous sommes plutôt qu’en devenant celui avec lequel nous sommes. Dans une première étape, demandez-vous : Si mon compagnon n’a pas l’ambition d’une plus grande réussite, est-ce que je peux l’aimer? Est-ce que je me sentirai bien ? Ou résoudrai-je vraiment mes problèmes d’insécurité en étant avec un homme qui, par sa position, me donnera le sentiment d’être quelqu’un de valable ? Cherchez chez vous les attitudes négatives ou sentiments d’aversion à l’égard de vous-même qui peuvent détruire votre confiance en vous et votre propre estime. Nous grandissons tous avec des doutes, des timidités, des peurs intérieures. On a dit justement : « Plus vous maîtrisez la vie, moins vous en avez peur. » Si vous décidez de vous lancer dans la lutte pour votre croissance intérieure, vous en serez récompensée par un sentiment de respect pour vous-même qu’il est pratiquement impossible d’éprouver simplement par le biais d’une relation affective. Si vous voulez que les hommes fournissent la solution externe à vos problèmes internes, il vous faut d’abord travailler à la construction de votre image de soi. Reconnaissez ce que vous aimez chez vous et faites-vous confiance. Plutôt que de vous sentir incapable, faites un effort pour changer et pour travailler à acquérir ces qualités que vous pensez ne pas posséder. La confiance en soi est une chose à laquelle nous pouvons tous parvenir, mais elle ne peut venir que de soi. L’adoratrice du héros

Claire, trente ans, voulait un « vrai homme », fort, mûr et protecteur. Quel mal y a-t-il à cela ? Mais Claire avait une vision plutôt irréaliste des hommes. Attirée au départ par des hommes chaleureux et sensibles, elle en arriva plus tard à leur en vouloir de leur manque d’agressivité et de force. Éric, trente-cinq ans, et Claire vivaient ensemble depuis environ un an. Une nuit, Claire eut l’impression d’entendre un rôdeur aux alentours de la cuisine. Elle courut jusqu’à la chambre et prévint Éric, espérant qu’il saurait quoi faire et chercherait l’origine du bruit. « J’avais peur et je voulais qu’il fasse quelque chose. Il écouta et entendit lui aussi le bruit, et, vraiment très nerveux, dit qu’il allait brancher l’alarme et appeler la police. Je perdis le respect que j’avais pour lui, il m’apparut faible et peureux. Je veux un homme véritable, quelqu’un qui puisse me prendre en charge et me protéger. » C’en fut trop pour Éric. « Je commence vraiment à me fatiguer d’avoir à prouver ma virilité, confessa Éric. Je me sens à l’aise tel que je suis et, franchement, je n’ai pas envie d’essayer de devenir quelqu’un d’autre. » Éric avait senti chez Claire, au début de leur relation, une acceptation de lui qui, maintenant, s’émiettait rapidement. Claire voulait trouver chez Éric l’homme mythique, viril. Craignant un homme dominateur et agressif, elle avait inconsciemment voulu contrôler la situation en choisissant Éric, qui était un homme sensible et doux.

Considérer les hommes comme des égaux.

Les hommes, autant que les femmes, veulent être acceptés. Ils n’ont pas envie d’être vus comme des supermen ou des héros ni qu’on ait besoin qu’ils jouent ce rôle-là. Maintenir de fausses apparences demande trop d’efforts. Les femmes qui veulent un surhomme finiront par découvrir que l’homme éprouve du ressentiment ou de la colère à leur égard, même s’il s’en cache bien. Il est compréhensible qu’une femme veuille qu’un homme soit dynamique et protecteur. C’est la contrepartie caricaturale du désir de l’homme qu’une femme soit une mère qui comprend et donne tout. Mais au fond, ce type de demande irréaliste n’est pas qu’un simple désir; c’est la réaction d’une femme face à son propre sentiment d’incapacité ou à son manque d’assurance. Si elle veut renoncer à ses illusions sur les hommes et sur ce qu’ils peuvent faire pour elle, elle doit conquérir sa propre force. Les femmes ont parfois peur de paraître sûres d’elles; elles craignent qu’on ne prenne pas soin d’elles comme elles le souhaitent si elles se montrent trop fortes. Les études faites sur la peur de la réussite qu’ont les femmes révèlent cette préoccupation secrète. Nombre d’entre elles pensent que, si elles sont trop fortes, trop sûres d’elles, et réussissent trop bien, elles resteront seules. Souvent, elles craignent que les hommes ne les aiment pas, que leur force ne les effraie. Il n’en est rien : la plupart des hommes non seulement les respectent, mais sont attirés par des femmes fortes et sûres d’elles. La force et la compétence sont les pierres angulaires des relations qu’on construira à partir d’une réelle égalité.

QUAND LES EXIGENCES SONT-ELLES EXCESSIVES?

Comment savoir que vos exigences ont dangereusement atteint la « zone rouge » ? L’important est de savoir si vos demandes sont k alimentées davantage par un besoin intense que par des souhaits ou des préférences. Le mot « besoin » implique un certain niveau d’urgence, à savoir que vous vous sentiriez perdue ou détruite si vos demandes n’étaient pas satisfaites. Ce niveau d’intensité émotionnelle est souvent à l’origine d’exigences excessives. Les espérances, qui sont d’abord destinées à réduire le doute ou le sentiment d’insécurité, ont alors toutes chances d’être excessives. Dans le contexte d’une relation affective, ce terme de « demandes » se rapporte au fait de vouloir que notre partenaire soit différent, change, satisfasse nos besoins. Cela ne fait aucun doute—les hommes ont des défauts : ils ne sont pas ces courageux et galants chevaliers servants que les femmes attendent. Mais la question n’est pas leur imperfection. Le problème est que, quand une femme commence à tirer un homme dans une direction, il va instinctivement dans l’autre. Des critiques répétées lui donneront l’impression qu’il n’est pas « à la hauteur », et détruiront le sentiment qu’il a d’être accepté. Si vous lui dites sans cesse que vous l’aimez, mais que vous lui transmettez en même temps un message lui disant de changer, il percevra non pas la chaleur de votre amour, mais l’aiguillon de la désapprobation. La première réaction d’un homme est de faire plaisir à la femme qu’il aime. Lorsqu’un homme considère une exigence comme raisonnable, il essaiera sincèrement d’y répondre ou sera assez direct et honnête pour vous dire qu’il ne le peut pas. Le problème se pose lorsqu’un homme n’est pas certain que ce que vous demandez est raisonnable ou juste, autrement dit quand sa propre insécurité et son besoin d’être approuvé rendent difficile pour lui de déterminer ce qui est acceptable. S’il est peu communicatif et absent lorsque vous essayez de discuter de ces problèmes, s’il ne vous donne aucune réponse directe, il y a là avertissement. Si vous accentuez la pression, ses sentiments peuvent lentement virer au ressentiment et ensuite au retrait émotionnel. Fondamentalement, il vit un conflit. Il désire rester en liaison avec vous mais, alors même qu’il est conscient du fait que votre approbation est un élément important du lien, il ne se sent pas capable de vous satisfaire. Cet état émotionnel peut être épuisant et éprouvant : l’homme a l’impression de ne pas pouvoir réduire la pression à laquelle il se sent soumis et il ne peut pas non plus rompre le lien et se dégager. Avec, pour conséquence, un retrait émotionnel progressif. Pour pouvoir déterminer si, oui ou non, les demandes que vous adressez sont exagérées, posez-vous donc les questions suivantes : 1. Est-ce que je veux vraiment de lui quelque chose de plus dans un domaine particulier? Les demandes exagérées impliquent habituellement qu’on veuille plus, et non moins : plus de temps, plus de statut, plus de sentimentalité, plus de virilité. 2. Est-ce que j’aimerais qu’il soit différent de la plupart des autres hommes? Les demandes excessives impliquent généralement que l’homme ne soit pas seulement « plus que » et « meilleur que » mais aussi « différent » des autres. 3. Est-ce que mes demandes le mettent mal à l’aise? Les demandes exagérées impliquent qu’un homme trahisse son inconfort. 4. Pourquoi existe-t-il un écart entre ce que je vis et ce que je veux ? Cela a-t-il un rapport avec quelque chose qui me manquerait en propre, avec mes propres sentiments d’incomplétude, avec des problèmes touchant à ma propre valeur, à mon insécurité et à ma capacité d’être aimée ? Souvent les exigences démesurées ne sont que des tentatives pour obliger l’autre à nous apporter ce que nous pensons ne pas avoir en nous-même. Si vous admettez que vos demandes sont excessives, il est important de revenir en arrière ou même de lui laisser savoir que vos espérances étaient irréalistes. Cela marquera le début d’un vrai dialogue. Rappelez-vous que le changement spontané progresse à petits pas, mais non moins significatifs pour autant. Soyez réaliste en ce qui concerne la rapidité du changement. Quand vous désirez qu’un homme change quelque peu son comportement, choisissez-en le domaine avec soin et dites avec précision ce que vous attendez. Quand vous êtes sûre que vos demandes sont justes et raisonnables, vous pouvez aborder la question ainsi : « Vraiment cela m’ennuie. Ne nous disputons pas mais, parce que je t’aime, je veux savoir quel changement je peux espérer à ce sujet. » S’il se défend avec véhémence de toute velléité de changement, n’attendez pas qu’il modifie de façon significative son comportement, même si vous sentez que vous avez raison ou qu’il a tort de refuser de changer. « bien plus » qu’il n’est en réalité. On ne peut avoir un rapport avec un homme « en puissance », on doit accepter et aimer un homme pour ce qu’il est, ici et maintenant. Il est beaucoup plus sécurisant et bien moins frustrant d’être avec un homme « tel qu’il est », plutôt que tel que vous désirez qu’il soit ou espérez qu’il devienne. Nombre d’entre vous se sentent déçues ou désappointées par la façon dont les hommes réagissent aux demandes de changement. Mais les femmes réussissent fort bien à amener le changement quand leur influence passe par la tolérance et l’appréciation affectueuse : il s’agit là d’une solution positive et non pas négative. Votre vécu amoureux augmente en proportion directe du degré d’attention et de tolérance méritées que vous avez à son égard. Ce que l’homme vous donnera en retour sera également plus riche.